acne_rebelle_3_mois.jpg

Je reviens vous parler de mon traitement Curacné que j'ai débuté le 8 septembre dernier, il y a donc plus de trois mois désormais.

Je vous a parlé des premiers pas sous traitement début octobre et j'aurais souhaité vous faire des bilans plus réguliers mais ma vie réelle a pris le pas sur ma vie virtuelle et c'est seulement maintenant que j'ai pris le temps de faire une nouvelle photo illustrant pour partie les effets. La photo du mois d'octobre était surexposée, parce-que comme souvent, j'ai voulu rendre la réalité plus belle.

Cette fois, j'ai décidé d'assumer et cette photo reflète parfaitement l'état de ma peau en ce 16 décembre.

Avant de vous parler de mes dernières semaines, je voulais revenir sur une chose importante qui fait écho à des commentaire que j'ai pu lire dernièrement sur la toile. Non Curacné (alias Roaccutane) n'est pas destiné à des personnes ayant une acné sévère, avec pleine de boutons comme beaucoup peuvent se l'imaginer. J'en suis la preuve puisque Curacné m'a été prescrit alors que j'avais surtout des boutons sur des endroits ciblés. C'est en revanche le caractère "rebelle" de mon type d'acné qui, après avoir résisté à des traitements classiques, a conduit la dermatologue à me le proposer.

Début octobre, je vous ai laissés sur une peau avec des poussées d'acné provoquée par le traitement et de la sécheresse au niveau des commissures des lèvres, mais aussi de certaines zones du corps.

Deuxième mois :

De début octobre à début novembre, le médecin a reconduit mon traitement avec le même dosage de 30 mg, estimant qu'elle ne pouvait augmenter eu égard à la sécheresse de ma peau et que par ailleurs, les effets étaient tout de même notables avec cette posologie.

Ce deuxième mois a été assez douloureux. Je ne sais pas ce qui s'est passé mais j'ai continué à avoir des poussées de boutons fortes sur le menton avec des boutons blancs assez douloureux que j'avais très envie de toucher. En parallèle, j'ai eu des croutes très sèches dans le nez qui me faisaient très mal en plus de provoquer une gêne pour respirer. Enfin, dès que je faisais du sport, je ressentais des courbatures plus fortes qu'habituellement.

Heureusement, en revanche, les sécheresses au niveau du visage se sont bien estompées.

Troisième mois :

Le troisième mois a été plus paisible avec une peau sur laquelle j'ai retrouvé beaucoup moins de "chapelets" de boutons comme les appelle ma dermatologue. Il y a deux zones qui sont encore résistants et pour lesquelles il est encore nécessaire de "purger" mais globalement, il y a du progrès dans le sens où je n'ai plus de boutons actifs et purulents. J'ai en revanche des sortes de dartre, plaques rouges que j'essaye actuellement de traiter.

Sur le reste du corps, c'est beaucoup moins positif. Mes mains sont très très sèches, ainsi que mes jambes. J'ai beau hydrater encore et encore rien n'y fait. Cela génère des petites plaies à certains endroits.

J'ai eu mon troisième rendez-vous de suivi du traitement le 7 décembre dernier. Ma dermatologue a décidé de me maintenir à 30 mg car elle voit bien qu'augmenter la doser ne serait pas forcément bénéfique avec le risque d'accentuer encore plus la sécheresse de ma peau.

Je pense que je serai encore quelques semaines sous traitement. En interrogeant ma dermatologue sur la capacité du traitement à faire disparaître les tâches et cicatrices qui sont nombreuses sur ma peau, elle m'a assuré que je finirai pas constater un effet. Actuellement ce n'est pas vraiment le cas même si avec un bon fond de teint, j'arrive à couvrir tout ça.

Côté bilan pour ces deux derniers mois, je fais le constat que mes poussées d'acné ont enfin cessé ce qui est très positif. Toutefois, je suis loin d'avoir retrouvé une peau qui me convienne, plus uniforme et harmonieuse. En parallèle, j'ai une peau sur le reste du corps qui est vraiment très sèche et pas du tout agréable au "toucher" ce qui n'est pas génial quand on aime prendre soin de soi.

*Je rappelle que je ne suis pas médecin et que seul un médecin, et a fortiori un dermatologue, peut vous prescrire sous réserve de signature de l'accord de soins et de contraception sous traitement Roaccutane/Curacné. Cette série d'articles n'a aucunement pour finalité d'affirmer que Roaccutane est le seul traitement qui vous permettra de vous débarrasser définitivement de votre acné d'adulte. Il vise simplement à retracer mon parcours, unique même si potentiellement similaire en certains points aux vôtres, et à vous faire part de mon expérience mois après mois. Je réponds avec plaisir à vos questions dans les commentaires où le débat, dans le plus grand respect et la plus grande bienveillance, est le bienvenu.