Silana blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - acné

Fil des billets

dimanche 4 octobre 2015

Acné adulte, mes débuts avec Roaccutane/Curacné...

Avant toute chose et avant de vous parler de ma prise de décision concernant Curacné/Roaccutane, je voulais vous remercier à avoir été aussi nombreuses à commenter mon dernier article sur l'acné adulte. Paulette a également contribué à donner de la visibilité à cet article et sachez que tout cela m'a fait chaud au cœur car les premiers jours avec ce traitement ne sont pas les plus faciles.

Je tenais avant de continuer mon article à vous préciser une chose que j'aurais probablement dû écrire plus tôt. Tous mes articles sur cette thématique seront écrits en différé, parce-qu'il m'a semblé important au regard des enjeux de ce traitement de l'acné adulte, de pouvoir peser mes mots et donc pour cela de prendre une certaine distance. Vous serez en effet d'accord avec moi pour constater qu'un effet négatif peut être très difficile à gérer instantanément mais que quelques jours plus tard, on le relativise et on le perçoit différemment d'où l'intérêt de ne pas se précipiter à écrire.

acne_adulte_curacne_avis.png

Ainsi, lorsque j'ai publié mes deux premiers articles sur la réflexion autour de prendre/ne pas prendre Roaccutane, mon choix était déjà fait et mon deuxième RDV chez le dermatologue passé. Vous avez été nombreuses à me conseiller des traitements plus doux ou des sites de renseignements sur l'acné et je vous en remercie vraiment. Sachez cependant qu'à mon sens, j'ai testé déjà suffisamment de traitements doux, bio, naturels, de parapharmacie (mais bien évidemment pas forcément l'ensemble de ceux que vous mentionnez) pour envisager Roaccutane. Je me suis seulement autorisée une prise de conseils auprès de vous au cours de l'été via Instagram, qui ne m'a guère aidée mais qui a eu au moins le mérite de me rassurer quant au fait que je ne sois pas isolée face à ce problème devenu courant chez les femmes à partir de 25 ans.

Je comprends tout à fait certaines positions très marquées concernant Roaccutane, mettant en valeur que dans la balance risques/bénéfices, les risques l'emportent et que ça ne vaut pas le coup de tenter le diable. J'ai longtemps été plutôt de ceux qui pensaient que Roaccutane devait uniquement être utilisée dans le traitement de l'acné sévère. Et puis, être confrontée depuis plusieurs années à une acné rebelle sous forme de crise sur différentes zone du visage a changé la donne pour moi De toutes les façons, je pense qu'on réfléchit différemment dans tout domaine lorsqu'on est soi-même concerné.

Au final, à quatre jours de mon RDV, je me suis décidée à faire ma prise de sang à jeun (test de grossesse - tryglicérines - transaminases) et au cours du week-end, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure, non sans avoir posé trois questions à ma dermatologue sur les impacts et les possibilités d'arrêter le traitement à tout moment si les effets indésirables étaient trop marqués pour moi.

Pour ce deuxième RDV, j'ai trouvé ma dermatologue beaucoup plus attentive et bienveillante. Elle m'a remis le carnet que vous voyez sur la première photo et m'a fait signer un formulaire d'accord de soins et de contraception pour les patientes. Le carnet me semble plutôt destinée aux adolescentes mais les conseils qu'il prodigue, notamment en ce qui concerne les dangers de l'isotrétinoïne sur un bébé à naître, doivent être rappelés à toute personne décidant de suivre ce traitement et je pense qu'il n'est pas inutile en cela de le lire au calme chez soi.

J'ai commencé mon traitement le mardi 8 septembre. Chaque soir depuis cette date, je prends 30 mg (3 comprimés de 10 mg) au cours du repas.

Les premiers effets ne se sont pas faits attendre. La première semaine, j'ai été très fatiguée. La fatigue ne fait pas partie des effets indésirables mis en avant mais chez moi, ça a été le plus marquants les premiers jours. J'étais épuisée après une journée classique de travail, je me couchais avec les poules et faisais pratiquement le tour de l'horloge. Heureusement, cela n'a duré que quelques jours et j'ai ensuite retrouvé une énergie tout à fait normale.

Sont ensuite venus les effets classiques du traitement au cours de la deuxième semaine. Peau du visage qui était très réactive, très asséchée et qui demandait beaucoup d'hydratation, faut de quoi des dartres se formaient. J'ai donc appliqué de la crème très riche à plusieurs moments de la journée et bu 2L d'eau par jour et rapidement, ces effets se sont estompés. Aujourd'hui, ma peau du visage nécessite toujours beaucoup d'hydratation, mais moins que celle du corps qui a pris un aspect peau de crocro très marqué avec des zones très sèches. Le plus douloureux à ce jour reste mes commissures de lèvres qui, comme vous le voyez sur la photo, sont très abîmées malgré une application intensive de baume. Ouvrir à la bouche pour croquer une pomme est un véritable calvaire par exemple.

La bonne surprise, c'est que je n'ai pas eu d'autres effets négatifs. Je craignais notamment une irritabilité plus forte, des pertes de cheveux, une sécheresse oculaire (je suis porteuse de lentilles et rappelez-vous, mon ophtalmologue m'a déconseillé ce traitement) ou encore des douleurs musculaires en courant mais rien de cela ne s'est produit, et j'ai repris la course à pieds avec des performances plutôt encourageantes en cette rentrée.

roaccutane_bilan_1_mois.JPG

Au niveau des effets sur les cicatrices anciennes et boutons, j'ai été bluffée par la vitesse à laquelle ma cicatrice sur la joue (restes de la poussée d'acné du printemps dernier en photo ici) a disparu. Le traitement a également été particulièrement probant sur les boutons situés sur le front, le nez, les joues qui se sont asséchés et ont disparu en un rien de temps, beaucoup plus vite que par le passé.

En revanche, je n'ai pas échappé aux premières poussées d'acné liées à ce traitement et mon menton et ma mâchoire ont été recouverts dès la troisième semaine de boutons rouges inflammés très douloureux, beaucoup plus que ce que je peux avoir habituellement. Je vous les montre sur cette photo pour partie en espérant que vous ne voyez pas cela comme le musée des horreurs mais comme une trace vous permettant de vous situer mois après mois et de constater à mes côtés l'évolution.

Pas d'effet notable en revanche du côté des points noirs qui sont toujours présents. Je trouve toutefois globalement mon teint plus lumineux, même si plus rouge que d'ordinaire, sans doute une sensibilité accrue.

Globalement, je suis satisfaite de ces trois premières semaines passées sous Roaccutane. J'ai été un peu effrayée les premiers jours par ma fatigue (même si cette cure de sommeil m'a sans doute fait le plus grand bien) et en même temps surprise par l'efficacité sur les cicatrices et notamment cette cicatrice sur la joue (une autre photo ici) qui me complexait et que je n'arrivais pas à faire partir depuis des mois malgré des produits éclaircissants ayant fait leurs preuves. Pour le moment, j'estime que les effets indésirables, principalement la sécheresse labiale, sont tout à fait supportables au regard des promesses du traitement. La première poussée d'acné, classique dans ce traitement, est un peu déstabilisante puisque pour ma part, je n'avais jamais eu autant de boutons aussi douloureux au même endroit. Mais le fait d'avoir été avertie en amont m'aide à accepter cette période pas simple au niveau de la gestion de l'image de soi. Rendez-vous dans quelques jours pour savoir quels sont les soins que j'applique désormais quotidiennement.

*Je rappelle que je ne suis pas médecin et que seul un médecin, et a fortiori un dermatologue, peut vous prescrire sous réserve de signature de l'accord de soins et de contraception sous traitement Roaccutane/Curacné. Cette série d'articles n'a aucunement pour finalité d'affirmer que Roaccutane est le seul traitement qui vous permettra de vous débarrasser définitivement de votre acné d'adulte. Il vise simplement à retracer mon parcours, unique même si potentiellement similaire en certains points aux vôtres, et à vous faire part de mon expérience mois après mois. Je réponds avec plaisir à vos questions dans les commentaires où le débat, dans le plus grand respect et la plus grande bienveillance, est le bienvenu.

jeudi 10 septembre 2015

Acné adulte, le jour où j'ai enfin consulté une dermatologue !

acne_rebelle.jpg

Je m'appelle Silana, j'ai 28 ans et de l'acné rebelle depuis 4 ans maintenant.

Je ne sais plus trop comment ça a commencé.
Jusqu'à mes 23 ans, ma peau s'est vraiment tenue à carreaux et lorsque je regarde mes vieilles photos, je comprends pourquoi mes copines et ma famille m'enviaient mon teint 0 défaut. D'ailleurs, vous aussi chères lectrices, vous m'avez souvent complimentée sur mon teint lors de mes avant/après test de produits teint.

Mais ça, c'était avant.
Je n'ai pas vraiment d'hypothèses pour expliquer ce qui s'est passé après.
Déménagement, stress, beaucoup de nouveaux produits testés, redéménagement, moins de sport, moins de petits plats faits maison.
Honnêtement, je ne sais pas et je pense que je ne saurai jamais. Toujours est-il que je me rappelle de l'hiver 2011 durant lequel plein de petits boutons sont apparus sur mon front et mon dos leur donnant un aspect granuleux. A l'époque j'ai pensé à une allergie alimentaire et j'ai essayé de trouver à quoi cela pouvait être lié. Sauf que je n'ai jamais réussi à identifier la cause. Ces boutons sont partis mais d'autres, localisés sur mes mâchoires, menton, joues sont arrivés, en même temps qu'une invasion de points noirs sur les ailes du nez et les joues.

Ça n'a pas été simple psychologiquement de me voir avec ce nouveau visage et je crois que j'ai perdu un peu confiance en moi durant les périodes au cours desquelles les boutons étaient vraiment très visibles.

Globalement cependant, j'avais plus de bonnes périodes que de mauvaises et je pensais qu'adopter une routine soin visage adapté suffirait à enrayer le phénomène. Pendant les quatre dernières années, j'ai donc essayé des produits (sticks anti-boutons, masque purifiant etc.) qui étaient censés m'aider à contrôler mon sébum et donc mon acné rétentionnelle.

Avec le recul, je me rends compte que ça n'a pas vraiment fonctionné puisque j'ai fini par en avoir assez et à me lasser d'essayer de nouvelles routines tous les six mois. Surtout que ça ne fonctionnait pas vraiment puisque, comme vous le voyez sur la photo, une très forte crise d'acné m'a provoqué de gros boutons inflammés sur les joues dont je porte toujours les traces aujourd'hui.

J'ai fini par aller voir une dermatologue, après qu'une crème sur ordonnance prescrite par mon médecin généraliste n'ait pas fonctionné non plus. Sans doute un peu tardivement, mais l'essentiel est que je l'ai fait.

Je lui ai tout déballé. Mon ras le bol de ces boutons douloureux qui me défigurent et que le maquillage ne suffit plus à cacher. Mes essais de récupération de ma peau d'ado. Mes craintes que mon activité de test de produits dans le cadre de mon blog beauté soit à l'origine d'une transformation de nature de ma peau. Et surtout, mon avis de retrouver une peau nette.

Elle n'y est pas allée par quatre chemins. En même temps, celle qui allait devenir MA dermato n'est pas une femme qui perd son temps, je l'avais compris à son air pincé et à sa remarque sur mes trois minutes de retard en entrant dans son cabinet. Elle a donc prononcé le nom du traitement magique.

CURACNÉ

Curacné ou l'équivalent de Roaccutane.

En l'entendant prononcer ce nom de traitement, je me suis sérieusement demandée si je n'avais pas exagéré mes propos. J'ai connu et vu des personnes sur Youtube ayant suivi ce traitement et je trouve qu'en comparaison mon acné est légère. Légère mais hormonales et donc difficile à faire partir définitivement m'a dit ma dermato. Sans compter qu'il est vrai que j'ai de plus en plus de tâches pigmentaires du fait d'anciens boutons.

Elle a pris le temps de m'expliquer le fonctionnement du traitement, les effets attendus mais aussi les inconvénients : obligation de se soumettre à un test de grossesse tous les mois, sécheresse cutanée et oculaire, risque de diminution des performances sportives etc.

Quand elle a eu fini, loin d'être rassurée, je lui ai demandé s'il n'existait pas un traitement plus doux. Elle m'a dit qu'il fallait que je sache ce que je voulais, qu'elle pensait après avoir examiné ma peau et entendu mon passif que Curacné était adapté et qu'elle me laissait deux mois pour réfléchir, le soleil étant particulièrement déconseillé lorsqu'on suit ce traitement.

28 € plus tard, j'étais dehors.

Je suis restée assez scotchée après ce rendez-vous d'une dizaine de minutes chez une professionnelle de ma ville que l'on m'avait vivement recommandée. Scotchée, ne sachant surtout pas trop quoi penser. J'ai toujours été très méfiante à l'égard de Roaccutane et on venait de m'apprendre que c'était la seule solution pour retrouver une jolie peau. J'avais deux mois pour réfléchir, peser le pour et le contre et donner ma réponse.

Tic. Tac. Le compte a rebours était lancé.

mardi 15 juillet 2014

Filmogel d'Urgo, mes boutons K.O.

Urgo_filmogel_boutons_avis_test__1_.jpg

Mes petites biches.

Je vous retrouve aujourd'hui dans une ambiance champêtre. J'ai quitté Paris ce week-end et, après quelques semaines de vacances dont une fort attendue en Corse, c'est dans le sud que je m'installerai à la fin de l'été.

Pour l'heure, je me repose à la campagne et repars sur la route dès demain pour une destination de rêve, avec ma Sissi. Vous allez pouvoir suivre notre voyage sur les réseaux sociaux (notamment Instagram) puisque j'ai prévu de partager ces deux jours avec vous.

Beaucoup de mouvement comme vous pouvez le constater.

Un peu de fatigue, beaucoup de repas pris sur le pouce, un peu de stress et PAF, les boutons réapparaissent !
Heureusement, il y a URGO !

(à ce moment de mon article, j'ai vraiment l'impression de faire une pub TV façon sourire colgate)

Plus sérieusement, dès que ma vie bouge un peu trop, je fais le constat que ma peau est plus capricieuse. J'ai notamment tendance à voir se former des boutons au niveau de mon menton. Ça n'a pas loupé ces derniers jours et j'en ai adopté six, tous copains et localisés à quelques millimètres les uns des autres. Le pire c'est qu'ils font mal ces imbéciles, et qu'ils gonflent. Si encore ils se contentaient de vivre leur vie dans leur coin, je pourrais peut-être l'accepter. Mais non. Ils font mal et toi, tu n'as qu'une envie, les tripoter, les embêter et, surtout, les voir se casser.

Heureusement pour moi, j'ai une bonne fée qui devait savoir que je devrais empaqueter provisoirement tous mes produits de beauté. Cette bonne fée travaille entre autres pour Urgo et son colis est le dernier reçu à Paris. Dedans : Filmogel, un stick façon crayon contenant une solution à base d'acide salicylique et d'huile essentielle d'arbre à thé.

Voici la bête.

Urgo_filmogel_boutons_avis_test__2_.jpg

J'ai commencé à l'utiliser vendredi dernier sans vraiment y croire. Après avoir démaquillé et nettoyé ma peau, j'en ai appliqué un peu sur ladite zone. L'application est facile, il suffit de tourner le crayon et le produit sort. On peu y aller directement avec l'embout ou au doigt. Personnellement, je conseillerai de bien désinfecter l'embout si vous appliquez le soin avec car la zone traitée est pleine de bactéries.

Rien à signaler de particulier concernant le gel. Il est transparent, laisse un léger film et est quasiment inodore. 

En revanche, l'efficacité m'a bluffée.

La première chose que j'ai remarquée est le pouvoir apaisant. Les deux premiers jours, j'ai mis plusieurs fois par jour du produit, quasiment dès que j'avais envie de les toucher. Et bien, terminée l'envie de venir chatouiller les infâmes boutons.

Dans un second temps, après trois jours d'application régulière (on peut aller jusqu'à 6 par jour), j'ai vu que les boutons mûrissaient plus vite. Ok, ce n'est pas très glam d'écrire cela. Néanmoins, on le sait toutes. Un bouton, ça naît, ça vit plus ou moins longtemps et ça meurt Le fait d'utiliser des produits purifiants va permettre de purifier la zone, d'éviter donc que le bouton ne s'étende. De plus, si le soin contient aussi de l'alcool comme c'est le cas pour Filmogel, le bouton s'assèche plus rapidement, on raccourcit donc la phase purulente. 

A J+5 de l'apparition de mes boutons, je suis vraiment satisfaite par ce produit qui fait bien son job et a l'avantage d'être vendu à un prix très doux. Je vous le recommande sans hésiter.

Urgo_filmogel_boutons_avis_test__3_.jpg

Filmogel, Urgo, 8,90 € les 2 ml

Et toi, tu as déjà trouvé ton produit magique pour faire la paix avec tes boutons ?

jeudi 20 décembre 2012

Lierac Prescription : à chaque désordre esthétique sa solution

Lierac_Prescription.JPG

Je crois pouvoir dire que Lierac est l'une des rares marques que j'utilise quasiment au quotidien depuis mes 18 ans. Je suis loin de n'utiliser que cette marque, vous vous en doutez, mais j'ai toujours eu un produit dans ma routine teint ou corps ou encore un soin solaire pour m'accompagner en vacances.

Dernièrement, j'ai trouvé que les produits étaient plus attractifs que jamais, sans doute grâce à leur packaging modernisé, et tellement glamour il faut bien l'avouer.

Et en parlant de packaging glamour, ce n'est absolument pas le cas de la nouvelle gamme que Lierac vient de lancer PRECRIPTION. D'ailleurs, en regardant les photos, on dirait plutôt que cette gamme date du siècle passé. Et pourtant ces flacons en verre brun s'aligneront bientôt (si ce n'est pas déjà le cas) sur les étagères de vos pharmacies et parapharmacies favorites.

Pour ma part, je dois reconnaître que j'adore ce côté vintage que je trouve très esthétique. Mon flacon de crème trône d'ailleurs fièrement sur le coin de mon lavabo !

Lierac_Prescription__2_.JPG

Mais au delà du packaging, j'ai surtout envie de te parler des formules et de leur efficacité. J'ai en effet eu la chance de découvrir l'intégralité des produits qui composent la gamme la semaine dernière et crois-moi, je pense que ça va faire un carton !

A l'origine de cette gamme, plusieurs mois de recherche, sur la bonne formulation sur chaque produit bien entendu, mais aussi en terme de communication. Pour Lierac, il était essentiel que les tests soient révélateurs. Aussi, les produits de la gamme LIERAC PRESCRIPTION ont fait l’objet d’un programme d’études internationales sans précédent, avec des tests cliniques, des tests de tolérance, ou encore des tests d'hypoallergénicité et de non comédogénicité. Au total 1450 personnes auront été nécessaires, avec des résultats vraiment performants pour la totalité des produits !

Côté formulation, LIERAC PRESCRIPTION a mis en place 3 principes d'excellence :

La haute innocuité

La haute performance

La haute qualité cosmétique

On trouve 5 lignes, chacune répondant à un problème cutané spécifique :
  • Peaux sensibles et intolérantes : peau qui tiraille, picote, est sèche avec quelques rougeurs, démange
  • Peaux sensibles et couperosées : peau avec des rougeurs (situation climatique, stress, alimentation)
  • Peaux à imperfections adultes : aspect terne et brillant, irrégularités, pores dilatés (acné rebelle)
  • Tâches brunes : traitement de la mélanine et de la lipofuscine
  • Peaux sèches et sensibles (corps) : sécheresse cutanée pouvant être provoquée par différents facteurs

Au total, 12 produits que l'on va utiliser par ligne en fonction de ses besoins. Il est également possible de les combiner, en prenant par exemple l'eau micellaire pour peaux sensibles et intolérantes alors qu'on utilise avant de se coucher la crème peaux sensibles et couperosées. Un professionnel peut vous aider à réaliser votre prescription : des dermatologues vont être informés sur l'existence de cette gamme à partir de janvier et les pharmaciens et parapharmaciens sont également à même de vous renseigner.

Les prix, contrairement à ce que j'avais imaginé, ne sont pas exorbitant, loin de là.
Il faut compter de 15 à 35 € selon le soin choisi.

Je vous laisse quelques photos prises durant la soirée. J'ai pu tester, sentir tous les produits et après avoir fais mon diagnostic, j'ai eu ma prescription. Pour moi désormais débarrassée de l'acné, principalement des produits roses, un peu de bleu turquoise et bien entendu le sérum anti-tâches. Bilan d'ici quelques semaines, le temps que je teste réellement.

Lierac_Prescription__3_.JPG

Lierac_Prescription__4_.JPG

Lierac_Prescription__5_.JPG

Lierac_Prescription__6_.JPG

Un pronostic sur les chances de succès de cette gamme ?
Pourrais-tu en être utilisatrice ?

mardi 27 novembre 2012

Comment j'ai fait la peau à mon acné rebelle !

routine_acne_rebelle.jpg

D'aussi loin que mes souvenirs remontent, je n'ai jamais eu une peau à problèmes. Lorsque je regarde les photos de mon adolescence (hop hop clique ici si tu veux me voir à 18 ans), je trouve ma peau carrément canon non maquillée à tel point que j'aimerais pouvoir la troquer contre ma peau de vieille de 25 ans. Parce-qu'entre 18 et 25 ans, j'ai connu des désillusions.

Non l'acné n'est pas un problème d'adolescent(e) et on peut en avoir à tout moment de la vie, sans réelle explication. Différents facteurs influent sur notre peau, à commencer par les hormones, le stress ou encore le manque de sommeil.

Chez moi, l'acné rebelle est apparue au moment où je suis entrée en prépa, en 2010, et j'ai du mal à croire aux hasards. Stress, changement de climat, manque de sommeil et sans doute les problèmes d'hormones ont eu un rôle déterminant selon la dermato que j'ai consulté. Si auparavant j'avais eu quelques problèmes de peau et notamment des petits boutons qui partaient après quelques jours, ce n'était rien comparé à ce qui m'attendait !

A partir de décembre 2010, j'ai d'abord vu mon front se couvrir d'un relief irrégulier puis c'est le bas de mon visage qui a été atteint ! Dans un premier temps, je n'ai pas spécialement agit, pensant que le problème disparaîtrait si je l'ignorais. Le printemps puis l'été est arrivé et au détour d'une visite médicale j'ai demandé conseil à mon généraliste qui a posé un diagnostic : "un peu d'acné rebelle", a t-elle dit. Elle m'a prescrit de l'eryacné à appliquer localement le soir pendant un mois et basta.

Et effectivement, le soleil et le grand air aidant, mon acné s'est estompée.
Mais, cette satanée acné avait la peau dure !

Elle est revenue de plus belle l'hiver suivant, au moment où je passais de nouveau une série de concours, plus stressée par mon avenir que jamais. Au printemps 2012, j'ai donc pris l'initiative d'interroger une dermato que je consultais pour un tout autre problème. Elle a elle-aussi parlé d'acné rebelle légère qu'il fallait traiter avec une lotion type eryfluid et des produits de parapharmacie adaptés, très doux surtout pour ne pas agresser davantage la peau.

J'étais bien avancée !
Puisque je n'avais pas envie de prendre un second rendez-vous pour parler uniquement de mon acné, j'ai décidé d'agir seule en suivant quelques pistes que ma dermato m'avait données, au travers de noms de marques.

Voici les produits qui m'ont permis de résoudre ce problème pour de bon, en 3 mois.
Je précise que j'ai été régulière dans l'application de ces soins, ne faisant que de très rares écarts à ces routines (pour tester quelques produits autres pour le blog tout de même). J'ai été encore plus vigilante durant ces 3 mois à l'hygiène, en insistant plus que d'habitude sur le lavage de mes pinceaux qui avaient le droit à un elixir purifiant.

jour_acne_rebelle.jpg

Le matin, je commençais par nettoyer ma peau avec Actipur de Noreva à l'aide de ma brosse Shiseido. Il s'agit d'une mousse nettoyante qui contient du zinc et qui est donc parfaite pour réguler le sébum. 

J'appliquais ensuite la lotion Beauness de Ménard, un produit dont je vous ai parlé en détail dans cet article qui resserre les pores et donne un coup d'éclat au visage.

Ensuite, j'appliquais sur mes boutons le soin Effaclar Duo de La Roche-Posay qui contient 4 actifs (Niacinamide - Piroctone Olamine - association LHA / Acide Linoléique - eau thermale de La Roche-Posa) pour permettre après quelques jours d'utilisation tout à la fois d'éliminer les imperfections, de désincruster les pores mais aussi d'apaiser la peau.

Bien entendu, comme certaines parties de mon visage étaient épargnés par l'acné, j'appliquais dessus Idéalia de Vichy.

Pour le contour des yeux, et quitte à rester dans le registre parapharmacie, j'avais opté pour Regard Merveilleux de Sanoflore. Un produit correct mais sans plus. J'y reviendrai dans la semaine puisque j'ai prévu de vous (re)parler des contours de yeux.

Enfin, chaque matin, j'avais pris l'habitude de camoufler mes boutons (bonjour les complexes !) avec Dermablend de Vichy. Ce produit est un must have une fois qu'on a trouvé la teinte qui convient à notre carnation. On ne peut pas uniquement camoufler et on est d'accord sur le fait qu'il faut soigner en parallèle, mais quand même : que ça fait du bien d'avoir un teint harmonieux grâce à ce stick que nul autre n'égale !

Sur la photo, vous voyez aussi le masque apaisant Créaline de Bioderma. Bien entendu, il ne s'agit pas d'un soin quotidien mais d'un produit que j'appliquais occasionnellement le week-end pour hydrater et apaiser ma peau. C'est un produit auquel je suis fidèle depuis plus d'un an et qui me réussit bien !

nuit_acne_rebelle.jpg

Avant d'aller dodoter, j'avais opté pour une routine minimaliste.
Démquillage avec le dermo-nettoyant lacté d'Avène très très doux et qui sent bon pour effacer les traces de make-up puis nettoyage avec toujours la mousse de Noreva et la pulpe de mes doigts, lorsque j'oubliais de sortir ma brosse Shiseido.

Application locale sur mes boutons (notamment sur tout le front) de la lotion Erycané ou Erylfuid (je préfère la première). C'est une lotion qui est prescrite par votre médecin ou dermato, qui est remboursée et qui agit efficacement pour purifier la peau. Par contre, elle est photosensible a tendance à assécher l'épiderme. C'est pour ça qu'en général et sauf flémingite aiguë, j'appliquais une couche assez épaisse de la crème éclat du visage au lait d'ânesse de Câlinesse (je parle de ce produit en détail ICI).

Sur la photo, vous voyez aussi un produit que j'adore : le masque kaolin et herbes de Cinq Mondes. Je l'appliquais (et l'applique toujours d'ailleurs) sur la zone T pour la purifier, resserrer les pores etc. C'est pour moi un vrai must-have !

Ordonnance beauté : mes "indispensables"

Actipur de Noreva (9,90 € les 150 ml)
Lotion Beauness de Menard (53 € les 160 ml)
Effaclar de La Roche Posay (16,60 € les 40 ml)
Dermo-nettoyant lacté d'Avène (16 € les 300 ml)
Dermablend de Vichy (24 € les 12 g)
Masque Créaline de Bioderma (15 €  les 75 ml)

Depuis début octobre, j'ai abandonné la plupart de ces produits, soit parce-qu'ils étaient terminés, soit parce-que ma peau avait d'autres besoins, notamment en terme d'hydratation.

A l'heure actuelle, soit près de 2 mois plus tard, je n'ai plus un seul bouton et ma peau est de nouveau lisse.
Seules subsistent quelques malheureuses tâches, souvenirs du passage de cette saleté sur ma peau.

D'ailleurs, faites-moi penser si ça vous intéresse à vous parler du traitement post-acné rebelle !

Et toi, tu as eu la chance d'être épargnée par ce problème ?

lundi 10 septembre 2012

6 conseils à ne pas suivre pour avoir une belle peau !

Ce n'est pas un secret sur ce blog, j'ai de l'acné rebelle depuis quelques mois et j'ai mis du temps à trouver les bons produits pour éliminer les boutons disgracieux qui avaient pris possession de mon visage. Je vous reparlerai de ma routine d'ici la fin de la semaine mais en attendant, j'ai le plaisir d'accueillir aujourd'hui Charlotte de Malea pour qu'elle nous parle justement du mythe de la belle peau. Je lui laisse la parole.


La première question qu’on se pose, quand on a quelques imperfections qui font irruption sur notre visage, c’est le plus souvent : « oh mon dieu, comment je vais pouvoir cacher ça, ou m’en débarrasser », plutôt que d’aller au cœur du problème, et de comprendre pourquoi nous avons de l’acné. A tort !
En effet, connaître les causes de son acné permet de savoir quels traitements sont adaptés à sa peau. Car on a toutes testé des soins tout sauf efficaces, recommandés par telle ou telle amie, un magazine, un forum sur internet. Parce qu’on veut tellement avoir une peau parfaite. Seulement, ce qui marche sur l’une ne fonctionne pas nécessairement sur tout le monde, et surtout, à tester des solutions hasardeuses, vous risquez d’abimer votre peau ! Simon de Malea a d’ailleurs fait une compilation des questions et « légendes urbaines » qu’il peut exister autour de l’acné chez Psychosexy  l'acné en question (ou plutôt en réponses)

Donc, ici, le but est de vous faire une petite compilation, non pas de ce qu’il faut faire (vous connaissez sûrement les mots gel nettoyant, tonique, crème hydratante, masque, et gommage), mais plutôt de ce que je vous déconseille d’infliger à votre peau, et pourquoi ! A noter : les astuces qui suivent sont valables pour tous les types de peaux acnéiques, cependant, si vous souffrez d’une acné plus sévère, il faudra les combiner avec un traitement médicamenteux.

     1)      Ne zappez pas la case hydratation

Pourquoi  ma peau a besoin d’eau? Pour la construction de son film hydrolipidique, qui la protège des agressions extérieures. Donc, pour une peau en bonne santé, on n’oublie pas de se mettre de la crème de jour chaque matin.
Si votre peau est mixte à grasse, choisissez les textures de type fluides et gels, et étalez-la délicatement, de façon à ne pas stimuler vos glandes sébacées. Car c’est pour cela que votre peau risque de briller : quand les glandes sont enflammées. Ce peut être en raison de produits trop  décapants, parce que vous touchez trop votre peau, ou parce qu’elle est en manque d’hydratation.

   2)      Ne laissez pas votre masque poser trop longtemps

Oui, je sais, vous voulez bien faire, mais prolonger le temps de pose d’un masque purifiant, nourrissant ou de tout autre type ne va pas nécessairement décupler son action. Au contraire. Dans le cas des masques purifiants par exemple, vous prenez le risque de complètement dessécher votre épiderme ! Alors mon conseil est de suivre à la lettre les recommandations que vous trouverez son l’emballage de vos soins et de ne pas faire de zèle. En effet, les peaux à imperfections sont généralement fragiles et mieux vaut être douce avec elles !

   3)      Non, on n’utilise pas son dentifrice

On trouve parfois cette astuce de grand-mère pour lutter contre les imperfections : poser un peu de dentifrice sur le bouton à traiter, avec pour effet de l’assécher pour s’en débarrasser plus rapidement. Alors, comme pour la plupart des actions liées à l’acné, je vous dirai : misez plutôt sur le long terme.
Pourquoi : le pouvoir asséchant du dentifrice est tout sauf adapté à la peau du visage. Création de microkystes et peau qui pèle vous attendront !
Préférez donc les patchs et rolls on prévus à cet usage, qui contiennent des principes actifs adaptés à la régulation de votre sébum.

   4)      Ne forcez pas sur le gommage

  « L’enfer est pavé de bonnes intentions ».
  Quand on a de l’acné, cela peut vous obséder, et vous souhaitez l’éradiquer au plus vite. Alors, pour votre bien,  suivez les principes suivants :
•         1 à 2 fois par semaine (pas plus)
•         Si vous frottez trop fort vous aurez l’effet inverse de celui souhaité ! (irritations, glandes sébacées affolées, et boutons qui apparaissent)
•         Privilégiez les gommages doux
•         Effectuez des mouvements circulaires sans trop appuyer
•         Restez sur la zone T (front, menton, nez)

5)         Le tonique ne se « frotte » pas

Idem pour le rituel du tonique. Choisissez-le en fonction de votre type de peau. Si vous n’avez que peu d’acné, nul besoin de prendre un tonique anti imperfection, préférez un pour les peaux normales par exemple. Pour son application, une fois encore, ayez la main légère : sur un coton, imbibez quelques gouttes de tonique, et tapotez légèrement la zone T avec. Rien de plus. Et appliquez-le avant votre crème de jour.

6)        N’abusez pas du maquillage

Premier conseil : utilisez les crayons correcteurs avec une mine de couleur verte. Car le vert appose comme un filtre sur les boutons et les rend beaucoup moins visibles par illusion d’optique. Vous pouvez aussi tapoter un peu de soin anti imperfection, comme un roll on, puis déposer dessus de l’anticerne.
Fond de teint : il cache à court terme les imperfections, mais risque à long terme de multiplier vos boutons. En effet, le fond de teint par exemple, bouche les pores de votre épiderme, et l’empêche donc de respirer durant la journée. Et misez sur les formules fluides, non grasses, non comédogènes.
Cette liste n’est évidemment pas limitative, mais vous l’aurez compris, le but est de vous faire prendre conscience de la fragilité de l’épiderme. 
A coup de traitements trop agressifs, vous brisez son film hydrolipidique (qui protège votre peau), et donc son équilibre naturel, ce qui entraine la réaction en chaîne : sécrétion de sébum, peau qui brille, imperfections
Optez donc pour des solutions douces avec votre peau, et réfrénez votre zèle (tout naturel, c’est normal de vouloir à tout prix se débarrasser une fois pour toute de ses boutons, seulement il vous faut être endurante et patiente). 

En suivant ces quelques conseils, vous partez déjà sur de bonnes bases, et c’est votre peau qui vous remerciera !
Et n’oubliez pas que tout comme les cheveux, la peau de votre visage révèle votre hygiène de vie ! Si vous souhaitez avoir une peau de bébé, il est aussi important de combiner ces conseils avec pour commencer une alimentation équilibrée. D’ailleurs, je me pense sur le sujet sur le blog de Malea, par exemple dans l’article : « Comment bien manger pour lutter contre mon acné ? »

« Animée par une conscience écologique, mes mots sont des engagements. J’ai fait du marketing mon métier et du bien vivre ma passion. Partir à la découverte des quatre coins du monde, être toujours en mouvement, et apprécier ces petits bonheurs quotidiens, voilà ma vision du bien-être. En restant zen à chaque instant, c'est encore mieux.»

Charlotte Bonnard

lundi 4 avril 2011

Quand la peau dit : "STOP !"

Il y a plusieurs semaines, ma peau a poussé un cri d'alarme.

Réaction allergique à un produit ? Stress ? Changement de saison ?

Je ne sais pas à quoi c'est lié, mais toujours est-il que ma peau s'est vue recouverte de plein de tout petits boutons, principalement sur le menton et le front, qui m'ont mis de très mauvaise humeur.

Moi qui n'ai jamais eu d'acné, et très peu d'imperfections, voilà que je ne pouvais plus sortir le teint nu !

J'ai pris conseil auprès de mes esthéticienne et dermatologue favorites et toutes les deux se sont accordées pour me dire qu'il fallait que je revienne à des produits de parapharmacie ou très doux pour la peau.

DSC00744.JPG

J'ai adapté ma routine visage et voici les soins que j'ai choisis :

Lire la suite...