Flashback.

Nous sommes en 2008, j'ai 21 ans, moyennement à l'aise avec mon intimité et une très bonne amie ne cesse de me vanter les mérites de la cup. Je l'écoute attentivement mais je n'arrive pas à m'imaginer avec cette chose en plastique dans mon vagin. Et puis par ailleurs, je m'en sors très bien avec mes serviettes hygiéniques même si - ok - de temps à autre et en particulier l'été l'odeur m’écœure et qu'il m'arrive à plusieurs reprises d'oublier d'emporter mes protections à la Fac et que je me retrouve à faire la manche auprès de copines.

Finalement, c'est la blogosphère qui va me donner l'opportunité un peu par hasard de tester la Ladycup en 2010. Je galère les six premiers mois. Entre les fois où je crois que je ne vais jamais réussir à l'insérer et les fois où je crois que je ne vais jamais réussir à la retirer, je fais des petits sauts dans mon salon pour la faire descendre et les larmes me viennent à deux ou trois reprises à l'idée de me présenter à l'hôpital en leur expliquant que j'ai un bidule en plastique coincé qui ne veut pas sortir.

Mais de nature déterminée, même lorsque je me fais de vrais frayeurs, je mets un point d'honneur à remonter à cheval après être tombée. Et puis au fil des cycles, les choses se font de façon beaucoup plus naturelle. J'arrête de m'obstiner à insérer/retirer la cup assise sur les toilettes et le fais principalement sous la douche. Surtout, rapidement, je change de mooncup et passe d'une Ladycup à une Meluna, beaucoup plus souple mais tout aussi fiable en terme de protection.

En mars 2016, la cup et moi avons fêté nos six ans et sincèrement, je ne la quitterai pour rien au monde.

Je sais que je donne l'impression d'en faire beaucoup trop autour de cette cup' et pourtant, vous me connaissez, je ne suis pas la femme la plus enthousiaste du monde. J'ai même souvent tendance à être quelque peu blasée par les soit-disant tendances et nouveautés qui n'ont bien souvent pas grand chose de novateur à mes yeux.

La cup', elle, ne m'a jamais donné cette impression.

C'est sans doute la raison pour laquelle j'ai été si heureuse de savoir la be'Cup vendue en supermarché. Depuis quelques semaines, c'est en effet au rayon hygiène intime chez Leclerc, Monoprix, Carrefour and co que vous retrouvez la be'Cup. C'est actuellement la seule coupe menstruelle vendue en GMS.

Prise en main de la be'Cup

Je l'ai reçue en taille 1 et ai eu l'occasion de la tester sur un cycle.

Elle se présente dans une boîte cartonnée et colorée sur laquelle quelques indications, en complément de la notice présente à l'intérieur, sont inscrites. En ouvrant, on tombe sur la cup' en plastique transparent dans un sachet plastique et à côté un petit pochon en tissu rose pour la ranger.

La cup existe en taille 1 et 2, avec une tige longue. Étant encore relativement jeune et n'ayant pas eu d'enfant, j'ai choisi la taille 1. Comme j'utilise des cup depuis plusieurs années, je reconnais ne pas avoir pris le temps de lire la notice dans un premier temps. Mais maintenant que je l'ai étudiée, elle me semble un peu trop rigide.

L'utilisation concrète

Concrètement, à l'approche de mon cycle, j'ai sorti la cup de son emballage et l'ai mise dans ma casserole d'eau bouillante pendant 10 minutes. Le matin du jour présupposé du débarquement des Anglais, je l'ai insérée. Rapidement j'ai remarqué que la tige était trop longue et qu'elle allait me gêner. Je l'ai donc coupé à l'aide d'un ciseau au niveau du premier trait sous la coupe.

Les règles sont arrivées dans la soirée et sous ma douche chaude le soir, j'ai vidé une première fois (je vous rassure, en le faisant près de la bonde, on est loin de l'image de boucherie que certaines femmes véhiculent à tort. Et au pire si vous en mettez partout sous la douche, ça se nettoie aisément !).

En général les deux premiers jours, il faut que je vidange matin et soir, puis les jours suivants, je vidange une le soir uniquement. Le matin donc dans ma salle de bain debout et je vide dans mon lavabo. Idem, je n'ai jamais eu de carnage. Le soir c'est systématiquement sous la douche et je dors ainsi toute la nuit tranquillement.

A la fin de mon cycle, je la fais de nouveau bouillir et je la range dans sa pochette rose.

Les avantages de la be'Cup

  • C'est la seule cup que l'on trouve en supermarché
  • Son prix : officiellement, il est de 17,95 € mais vous la trouverez dans certains supermarchés à 13 €. Un prix imbattable, vous ne prenez vraiment pas de risques !
  • Sa fiabilité : je suis ravie de ma Meluna violette et j'ai un peu stressé à l'idée de changer de modèle. Lors de mon week-end, j'avais donc pris la Meluna au cas où cela se passerait mal avec la be'Cup. Finalement, pas de mauvaises surprises, j'ai pu danser jusqu'au bout de la nuit avec ma robe jaune et je n'ai pas eu d'accident. Heureusement d'ailleurs !
  • Les économies réalisées : adieu protections classiques qui coûtent de 3 à 7 € par mois selon les marques et les modèles choisies. La be'Cup on l'achète une fois et on en a pour plusieurs années. J'en suis la preuve vivante puisque j'ai ma deuxième cup depuis 5 ans maintenant.
  • Les odeurs : si ce problème est limité par l'utilisation de tampons, lorsqu'on porte des serviettes hygiéniques, on se pose quand même régulièrement la question de savoir si notre voisin ne sent pas cette odeur un peu âcre de sang oxydé. Avec la cup, le PH du vagin n'est pas modifié, ça ne sent rien, fini le sang d'encre !
  • La praticité pendant les voyages : en plus d'être écologique, la cup est également pratique. En voyage au Sri Lanka en plein cycle menstruel, je me suis sentie parfaitement confortable dans toutes les activités que j'ai pu faire (y compris dans l'eau) et je n'ai pas eu besoin de chercher en pleine journée des toilettes équipées d'une poubelle (de toute façon, j'aurais pu chercher, ça n'existait pas !)

Les inconvénients de la be'Cup

  • La tige est longue. Je vous conseille de la couper sinon, vous allez être tenter de tirer dessus pour le retrait et cela va le rendre douloureux. En réalité il faut aller à la base de la coupe et créer un appel d'air pour supprimer l'effet ventouse et décoller la cup des parois du vagin.
  • Il n'existe pas différents coloris. Je crains que ma be'Cup ne jaunisse ou ne se salisse rapidement. L'avantage de ma Meluna violette c'est que le temps n'a pas d'effet sur elle.
  • La notice est légèrement anxyogène. Décomplexez-vous de la cup', et prenez un peu de distance. A titre d'exemple, vous pouvez garder votre cup' 12H sans difficulté si elle est adaptée à votre flux.
  • Le plastique est un peu plus rigide qu'avec ma précédente cup', il faut prendre ses marques pour la manier correctement et la placer en profondeur dans son vagin.

avis_test_becup_mooncup__1_.jpg

avis_test_becup_mooncup__2_.jpg

avis_test_becup_mooncup__5_.jpg

avis_test_becup_mooncup__6_.jpg

avis_test_becup_mooncup__4_.jpg

J'espère vous avoir donné envie d'essayer la be'Cup.
D'ailleurs pour toutes celles qui voudraient franchir le cap', je vous propose un concours avec trois be'Cup à gagner :

avis_test_becup_mooncup__7_.png

Pour participer au concours du blog, deux conditions :

  • Liker la page Facebook be'Cup
  • Me laisser un commentaire dans lequel vous n'hésiterez pas à m'indiquer les raisons pour lesquelles vous n'avez pas encore sauté le pas. J'espère que j'aurai les réponses pour vous convaincre !

Le concours est ouvert jusqu'au dimanche 22 mai à 20H. Je tirerai la gagnante au sort dans la foulée et l'annoncerai ici sur la page dédiée.

Bonne chance !